La location meublée

K Cyril

Cyril K - Le 12 déc. 2017 19:01
Mise à jour : Le 12 déc. 2017 19:10

5 pour 2 vote(s)

De nombreux français choisissent d’investir dans la pierre pour diversifier et faire fructifier leur patrimoine, avec l’intention d’en faire des biens immobiliers ouverts à la location. C’est alors que la question de la location meublée ou non-meublée se pose. Voici quelques éléments de réponses qui permettront aux indécis de faire leur choix en connaissance de cause.

Les avantages de la location meublée

C’est l'une des questions les plus fréquentes lorsqu'un propriétaire met un bien en location : est-il meublé ou non ? Si cette question paraît anodine, la réponse peut faire toute la différence et déclencher ou non la signature d’un bail meublé. Cette signature engage alors le propriétaire à respecter de nombreux points, notamment à propos des différents meubles qui devront être présents dans le logement en question.

Les baux pour un logement meublé et pour un logement non-meublé diffèrent grandement, que ce soit dans leurs contenus ou dans leurs conditions de reconduction. Tous ces points doivent évidemment être connus par le propriétaire comme pour le locataire au moment de la signature afin de minimiser les points de divergence et d’éviter des situations conflictuelles par la suite.

Les avantages fiscaux lors d'une location meublée

Un des avantages les plus intéressants pour un propriétaire qui souhaite louer un logement meublé est d’ordre fiscal. En effet, lorsqu'un appartement ou une maison est loué meublé, les revenus sont considérés, s’ils ne dépassent pas la somme de 32 900€ HT par an, comme des revenus commerciaux. A ce titre, ils ne rentrent pas dans la classification des revenus foncier, qui sont taxés à hauteur de 70 %, mais dans la classification des bénéfices industriels et commerciaux. Ces derniers pourront à ce titre bénéficier d’un abattement forfaitaire à hauteur de 50 %, avec un minimum de 305 €. Pour plus d’information à ce sujet, rendez-vous sur le site des impôts.

En résumé, sur le long terme, proposer un logement non-meublé à la location peut être extrêmement intéressant pour un propriétaire, car l’investissement initial dans les différents équipements obligatoires pour être certifié meublé, est vite rentabilisé par les avantages fiscaux qui en découlent. Les propriétaires doivent toutefois être vigilants à proposer des logements meublés réunissant tous les équipements obligatoires, sans quoi, les divers avantages ne peuvent s’établir.

Un propriétaire doit cependant être vigilant aux charges qu’il ajoute au loyer de son logement. En effet, dans le cas d’une location meublée il peut faire le choix de demander des charges réelles ou forfaitaires à son locataire. Dans le cas de charges réelles, le locataire paie des charges en provision, et un remboursement lui sera versé s’il en a trop donné. Dans le cas de charge forfaitaire, le bailleur doit estimer les charges à l’année, ou pour neuf mois dans le cas d’une location étudiante, et diviser ce total en mensualité : s’il se trompe dans son estimation, il ne pourra pas demander de charges supplémentaires au locataire.