Les avantages de l’assurance vie luxembourgeoise

Dir Finance

Finance Dir - Le 27 juil. 2020 16:58
Mise à jour : Le 27 juil. 2020 16:59

5 pour 1 vote(s)

L’assurance vie luxembourgeoise est un moyen de placement intéressant qui a déjà séduit un grand nombre d’assurés à travers le monde et qui intéresse de plus en plus les Français. Il faut dire que cet investissement sécurisé et très protégé bénéficie de nombreux avantages en matière de fiscalité. L’assurance vie luxembourgeoise permet en effet de se constituer une épargne facile à gérer et à faire fructifier, mais aussi de transmettre son patrimoine à ses bénéficiaires sans droits de succession. Financedir fait le point sur les atouts indéniables de cette assurance vie.

Les avantages de l’assurance vie luxembourgeoise

L’assurance vie luxembourgeoise : de quoi s’agit-il ?

L’assurance vie luxembourgeoise est un contrat qui prévoit le versement à un bénéficiaire désigné d’un capital ou d’une rente après le décès de l’assuré ou à une date déterminée, et ce en contrepartie du versement de primes. Il s’agit d’un placement financier intéressant qui permet à l’assuré de se constituer une épargne sécurisée à la fiscalité avantageuse et un patrimoine à transmettre sans soumission à des droits de succession.

Ce placement attractif séduit de plus en plus de Français qui apprécient de placer leur argent en vue de le faire fructifier avec sécurité tout en bénéficiant d’une neutralité fiscale. Les non-résidents du Luxembourg ne se voient en effet pas appliquer de fiscalité dans le cadre des placements d’assurance vie. 

Quels sont les avantages de l’assurance vie luxembourgeoise ?

L’assurance vie luxembourgeoise présente plusieurs avantages.

Une fiscalité avantageuse

Les assurés non résidents du pays ne se voient appliquer aucune fiscalité du Luxembourg, et seule la fiscalité de leur pays de résidence est applicable. Il existe donc un large panel de contrats d’assurance vie, chacun géré selon la fiscalité du pays de résidence du souscripteur.

Une gestion simplifiée

Ce type de contrat d’assurance vie est très facile à gérer pour les non-résidents luxembourgeois puisque le pays revendique sa neutralité fiscale et libère les souscripteurs d’un bon nombre d’obstacles et de taxes. Le suivi est nettement simplifié et non soumis aux taxations qui pourraient être appliquées en France.

Un placement sécurisé et protégé

Les actifs placés par les assurés dans le cadre de l’assurance vie sont réglementés et très sécurisés. Tout souscripteur d’une assurance vie au Luxembourg acquiert le statut de créancier privilégié. En conséquence, si la compagnie d’assurance luxembourgeoise venait à faire faillite, l’ensemble des actifs investis seraient destinés aux assurés, c’est-à-dire à couvrir les investissements et les engagements des assurances. Cette priorité, qui n’a pas lieu en France, fait passer l’État et des organismes comme la sécurité sociale à un second rang, après les assurés.

Par ailleurs, les fonds investis par l’assuré dans le cadre d’une assurance vie sont intégralement protégés, et ce sans aucun plafond. Or, ce n’est pas le cas en France, puisque les actifs ne peuvent être sécurisés que par le biais du Fonds de garantie des assurances et à hauteur maximale de 70 000 euros.

Un vaste panel de supports financiers

Souscrire un contrat d’assurance vie au Luxembourg permet à l’assuré de gérer ses apports bien plus librement qu’en France et de mettre notamment en place une véritable gestion à l’échelle familiale. Les montants versés peuvent l’être sous forme numéraire ou sous forme de titres. Il est en outre possible de valoriser les investissements grâce à un vaste panel de supports financiers.

Une transmission facilitée

L’assurance vie luxembourgeoise est un moyen intéressant de transmettre son patrimoine à ses proches. En effet, aucune taxation n’est appliquée au décès de l’assuré. Le ou les bénéficiaires du contrat d’assurance vie sont désignés lors de la signature du contrat, mais une grande souplesse est accordée dans les choix du souscripteur. Par ailleurs, tout bénéficiaire peut accepter de percevoir le bénéfice d’un contrat souscrit sans autoriser la succession légale.