Pourquoi le diamant est-il un bon placement ?

En cas de crise, il vaut mieux que son patrimoine soit diversifié et qu'une partie soit investie en valeurs refuges. Si l'on peut sortir une partie de son épargne du système bancaire pour éviter de se le faire prélever pour renflouer les établissements en faillite, c'est encore mieux.

Considéré comme une devise alternative, un actif tangible échangeable partout dans le monde, décorrelé de l'économie et offrant une protection contre l'inflation, le diamant présente de nombreux avantages en ces temps un peu troubles.

Focus sur une petite pierre qui suscite de gros appétits de la part des investisseurs.

Investir dans les diamants

Qu’est est l’intérêt d’investir dans les diamants?

C’est un actif tangible, l’investisseur devient propriétaire de son investissement. Le diamant taillé a en soi une valeur relativement stable et s’apprécie en moyenne de 3 % à 6 % par an. La demande devrait doubler d’ici 2020 à raison de 6 % de croissance par an alors que la production devrait augmenter de 2,8 % par an sur la même période. Les professionnels joailliers commencent à avoir du mal à trouver les pierres de qualité dont ils ont besoin pour réaliser leurs créations et espèrent que de nouveaux gisements seront découverts. En parallèle, les coûts d’extraction augmentent, car il faut creuser plus profondément dans les mines existantes.

Ce n’est pas aussi spéculatif que l’or, il n’y a pas de bourse directe sur le diamant (et pas de produits dérivés qui entretiennent parfois la volatilité des cours comme sur l’or avec les futures, etc). Les prix résistent même en cas de baisse de la demande ou de reprise des cours de bourse. Il n’y pas de spéculateurs financiers qui interviennent sur les diamants, on ne peut pas revendre son diamant après l’avoir acheté 5 min avant, alors que sur l’or, c’est tout à fait possible.

Ce placement résiste aux crises, car le système est géré dans sa globalité, quand une baisse de la demande se fait sentir, les acteurs réagissent en diminuant l’offre (en ralentissant l’extraction dans les mines, ou en fermant certaines tailleries) afin de préserver le cours de la pierre précieuse.

Ainsi, le marché est régulé et les prix sont contrôlés par les producteurs qui ajustent le niveau de production en fonction de l’évolution de la demande afin de garantir une certaine stabilité dans le prix de cet actif. Le cours du diamant est donc tenu par les industriels (De Beers, Alrossa, Rio Tinto, Harry Winston) mais n’est pas manipulé par les États comme le peuvent être les devises.

Pourquoi les particuliers sont-ils encore peu nombreux à investir dans les diamants ?

L’investissement dans le diamant pâtit de certains a priori dus à ce qui s’est passé dans les années 1980 où une bulle s’est formée. Certains établissements bancaires se sont mis à vendre des diamants et ont déstabilisé le marché en faisant croire que les quantités de pierres disponibles étaient suffisantes pour en faire un marché de masse.

Ces banques ont ainsi cherché à offrir des « produits d’appel » sur le diamant en proposant d’investir sur des pierres cotées autour de 2 000€. Le problème étant que ce type de pierres se revend mal sur le marché et ne s’apprécie pas dans le temps. Ces professionnels peu scrupuleux ont vendu aux non-initiés qu’un seul type de diamants, celui à 1 carat, en le faisant passer pour la référence. Certains diamants à 1.2 carats étaient donc vendus moins chers que ceux à 1 carat et une bulle s’est formée autour de ces fameux diamants à 1 carat.

Les vendeurs de diamants aujourd’hui ont pris acte de ce qui s’est passé durant cette période et ont travaillé sur la meilleure façon de sécuriser l’investisseur. Cela passe par la mise en place d’un code de déontologie et par une approche patrimoniale, au-delà de la simple vente.

De plus, la mise en place de process rigoureux qui viennent sécuriser l’acquisition et la livraison renforce la crédibilité de ce type d’investissement. Une fois la commande passée, la pierre part du grossiste vers un laboratoire de gemmologie qui la met sous scellé et la certifie, puis elle repart à Anvers où un transporteur (Brincks ou Malca Amit) la livre directement au client.Avec en parallèle, la possibilité de passer par un officier ministériel (notaire ou huissier) pour certifier la transaction.

Qu’est ce qui garantit qu’un vendeur sélectionne les plus belles pierres ?

Il existe un seul et unique cours international en vigueur pour coter le diamant. Il s’appelle le Rapaport, c’est la base de référence de l’ensemble des professionnels dans le monde. Cela permet donc de rapidement comparer et s’assurer de l’honnête d’un revendeur.

La crédibilité du revendeur passe aussi par sa stratégie et son habileté à sélectionner les pierres au meilleur rendement sur différentes périodes (3, 5 et 10 dernières années). Avec la garantie que ces pierres soient mises sous scellés et certifiées par un des 3 laboratoires les plus reconnus au monde : l’IGI (Internatinal Gemological Institute), le GIA (Gemological Institute of America) et le HRD (Hoge Raad Voor Diamant).

Les diamants doivent provenir d’un pays qui fait partie du processus de Kimberley, en étant 100 % traçable grâce à une gravure laser sur le rondiste et un certificat d’authenticité. La taille du diamant Kcut mise au point par la célèbre maison Korloff et KLP diamonds est brevetée et a son cours publié chaque semaine dans la presse économique et est conçue dans une logique d’investissement.

Comment choisir un diamant ?

Dans le monde du diamant, les critères les plus connus constituent ce que l’on appelle les 4C : carats, couleur, clarté et coupe.Il est conseillé de viser les pierres au-delà d’1 carat, de choisir une couleur entre D et H et de privilégier les diamants ronds en évitant les pierres améliorées. En termes de clarté, les meilleures pierres sont celles qui comportent le moins d’inclusions possibles. Les inclusions sont des petites impuretés souvent invisibles à l’œil nu et que l’on repère à la loupe avec grossissement 10x. En termes d’échelle de pureté, l’idéal est FL ou IL et on évitera de descendre en dessous de la note VVS2. Enfin, le diamant doit avoir une fluorescence faible ou nulle.

Il n’est pas recommandé d’investir sur des pierres inférieures à 0.5 carats qui sont non certifiables et dont la traçabilité n’est pas garantie et supérieures à 2 carats où le marché est restreint et où la liquidité n’est pas suffisante pour en faire un placement viable.Les diamants colorés ne sont pas considérés comme un placement, le marché est trop restreint et la cotation des pierres se fait lors de mise aux enchères. De même, il vaut mieux ne pas acquérir des diamants dits rares ou historiques, car leur valeur est beaucoup plus volatile et peut être sensiblement impactée par les aléas économiques. Il est également conseillé d’éviter d’investir sur le « diamant papier » avec les ETFs ou les certificats. La contrepartie n’existe pas nécessairement, il peut s’agir de diamant « futur », en devenir. 

Où investir sur le diamant et à partir de quelle somme ?

Depuis quelques années, des acteurs sont présents sur internet pour simplifier le monde du diamant sans le rendre simpliste. Leur objectif est d’apporter de la lisibilité et de la pédagogie pour permettre aux épargnants de découvrir un univers auparavant réservé aux experts. Et ainsi leur apporter une solution innovante et rassurante pour disposer à tous moment de leur épargne dans un actif tangible dont le cours n’est pas soumis aux mêmes fluctuations que certains produits financiers.

Voici comment cela fonctionne concrètement pour réaliser une transaction :Des lots de diamants d’investissement de valeur patrimoniale équivalente sont composés avec des diamants entiers ayant un poids différent allant de 0,5 à 2 carats. Ces lots permettent d’obtenir une valeur moyenne lorsqu’elle est ramenée à un poids d’1 carat. L’objectif est ainsi de réduire la volatilité de la cotation.Ces lots sont vendus sous forme de fractions de 0,001 carats d’un montant d’environ 20€.

Pour garantir la liquidité, c’est-à-dire la possibilité d’acheter et de vendre en temps réel à n’importe quel moment, les acteurs présents sur internet visent une clientèle internationale et nouent des partenariats avec des professionnels négociants qui interviennent directement sur la plateforme pour effectuer leurs transactions.

Tous les diamants sont gardés dans des coffres en Suisse hautement sécurisés et hors du système bancaire en zone franche sous douane. C’est la seule solution pour ne pas avoir de TVA à payer pour les particuliers. On peut acheter et vendre en temps réel en un seul clic, 24h/24h et 7jours/7 dans notre propre devise.

Quelle est la fiscalité applicable à l’investissement en diamant ?

Dans la réglementation française le diamant d’investissement rentre dans la catégorie fiscale des bijoux et assimilés (ni monté, ni serti, ni à usage industriel).Le régime fiscal applicable à la revente est le suivant : une taxe forfaitaire de 6 % est prélevée sur chaque revente avec une taxe de 34,5 % sur la plus-value réalisée. Sachant que des exonérations existent pour toute revente dont le montant est inférieur à 5 000 € et qu’un abattement de 5 % par an est appliqué à partir de 2 ans de détention. L’exonération est totale au bout de 22 ans de détention.

Nous vous tiendrons régulièrement informés des dernières actualités concernant l'investissement en diamants et vous présenterons bientôt des comparatifs d'acteurs en ligne vous permettant de facilement investir.