Impôts : au tiers provisionnel ou par mensualisation ?

K Cyril

Cyril K - Le 7 déc. 2016 23:55
Mise à jour : Le 13 avr. 2017 14:40

5 pour 2 vote(s)

C'est l'éternel débat concernant les impôts : comment les payer ? Deux options rivalisent pour séduire les contributeurs : le tiers provisionnel ou la mensualisation. Deux choix qui divisent et font parler à chaque nouvelle édition.

Faut-il payer ses impôts au tiers provisionnel ou par mensualisation ?

La formule au tiers provisionnel, comme son nom l'indique, permet de payer ses impôts en trois fois. Le 15 de chaque mois de février, mai et septembre, le couperet tombe et il confisque un tiers de la somme de votre impôt annuel. Avec cette formule, plus aucun centime ne sortira de votre poche pour les impôts dès le 15 septembre. En revanche, les échéances doivent être provisionnées car elles peuvent être importantes en fonction du montant dû.

La mensualisation permet de verser chaque mois, de janvier à octobre, une somme identique. Dans ce cas, la mensualisation du paiement est basée sur la somme versée l'année précédente. Ainsi, 10% de vos impôts partent chaque mois, de manière continuelle.

Impôts au tiers ou en mensualisation ?

Quelle formule privilégier ?

Derrière cette question anodine se cachent de nombreux débats. Les deux options présentent des avantages et des inconvénients. Les budgets serrés auront tendance à se diriger vers la mensualisation : les sommes à payer sont plus faibles (bien que plus récurrentes). Avec ce système, les gains en matière de trésorerie sont encore plus intéressants dans l'éventualité où les impôts ont augmenté. En effet, les régularisations interviennent durant les mois de novembre et de décembre, et s'étalonnent à nouveau. Dans le cas du paiement au tiers, la régularisation intervient pour le seul mois de septembre, pouvant laisser apparaître quelques surprises de taille sur votre trésorerie.

Autre avantage de la mensualisation : tous les paiements se font automatiquement. Les phobiques de la majoration en cas d'oubli peuvent alors privilégier cette option. Dans le cas du tiers provisionnel, le paiement ne se fait pas automatiquement, il ne faut donc surtout pas oublier la date butoir, souvent le 20 septembre à minuit pile, sous peine de se voir attribuer une majoration de 10 %. Un moyen permet toutefois de passer outre : le paiement en ligne ou l'application Impots.gouv octroie une date butoir plus importante. En revanche, une fois cette nouvelle date passée, vous ne couperez plus à la sanction prévue par le Code général des impôts.

Quelle option choisir pour payer moins ?

Pour mettre fin aux débats, la somme que vous devez verser ne changera pas en fonction de la formule que vous choisissez. De fait, si les impôts vous réclament 1000 euros, vous verserez cette somme, peu importe la formule pour laquelle vous avez opté. En revanche, vous gagnerez de l'argent en choisissant l'option du tiers provisionnel grâce aux intérêts de votre compte bancaire.

Dans l'option de la mensualisation, chaque prélèvement est retiré le 15 du mois, soit un jour avant le 16 qui est le jour de versements d’intérêts sur les livrets. Ainsi, l'argent versé, qui ne l'aurait pas été dans le cas d'un paiement par tiers provisionnel, ne vous rapporte aucun intérêt. Cependant, cette somme reste extrêmement minime, le taux standard du livret étant de nos jours de 0,75%.

Pour les réfractaires à ces deux formules, il est toujours possible de payer ses impôts d'une seule fois en réglant la totalité de la somme en passant par les moyens de paiement traditionnels. Il est également possible de payer via le site impots.gouv.fr ou par l'application Impots.gouv en flashant le code présent sur la première page de votre avis d'imposition.